TÉLÉCHARGER AIMER A PERDRE LA RAISON JEAN FERRAT GRATUITEMENT

Un bel obus semblable au mimosa en fleurs. Aimer à perdre la raison. Quelle heure est-il, quel temps fait-il? Comme au passant qui chante on reprend sa chanson. Comme les doigts toujours blessés,. Chausser des bottes de sept lieux.

Nom: aimer a perdre la raison jean ferrat
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 21.24 MBytes

Lorsque les choses plus ne sont. Qui me retiennent et me repoussent. Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants,. Quelle heure est-il, quel temps fait-il? Terre, terre, voici ces rades inconnues. Mon enfant dit-il ma chère âme. Souvenir oublié vivant dans toute chose.

Aimer à perdre la raison. Et ne connaître de saison.

aimer a perdre la raison jean ferrat

Que par la douleur du partir. Mon pauvre bonheur ma faiblesse.

Aimer à perdre la raison (traduction en anglais)

Dans toute chair martyrisée. La faim la fatigue et le froid. Toutes les misères du monde. En elle je porte ma croix. Et de leurs jena ma nuit se fonde. Come une étoffe déchirée. On vit ensemble séparés. Dans mes bras je te tiens absente. Et la blessure de durer. Quand le ciel nous est mesuré. Cette existence est un adieu. Que pour la lumière qui baisse. Chausser des bottes de sept lieux.

En se disant que rien ne presse. Si je craignais que me surprenne. La nuit sur peedre gorge qui met.

Ses doigts gantés de souveraine. Lorsque les choses plus ne sont. Un écho de musique morte. Demeure la douleur du son. Mon ciel des étoiles sans nombre. Ma barque au loin douce à ramer. Heureux celui qui devient ferrar. Ses yeux sur toi seule fermés. Hormis le souvenir des roses. A jamais de toi parfumées. Celui qui meurt même à douleur.

  TÉLÉCHARGER MIXVIBES GRATUIT MAC GRATUITEMENT

aimer a perdre la raison jean ferrat

A qui sans toi le monde est leurre. Mon enfant dit-il ma chère âme. Le temps de te connaître ô femme. Au feu dont je suis consumé. Le nom qui ressemble à la braise. A la bouche rouge à la fraise. A jamais dans ses dents formée.

Ainsi la vie ainsi le rêve. Et soit sur la place de grêve. Ou dans le lit accoutumé. Entre la ronde et le voyage.

Criez à qui vous veut blâmer. J’en ai tant vu qui s’en allèrent. Ils ne demandaient que du feu. Ils se contentaient de si peu.

Ils avaient si peu de colère. J’entends leurs pas, j’entends leurs voix. Qui disent des choses banales.

Aimer à perdre la raison (chanson) — Wikipédia

Comme on en lit sur le journal. Comme on en dit le soir chez soi. Ce qu’on fait de vous, hommes, femmes. Paupières tendrestoutes usées. Et vos apparences brisées. Vous regardez ma rache lame. Les choses vont comme elles vont. De temps aimr temps, la terre tremble. Le malheur au malheur ressemble. Il est profond, profond, profond. Vous voudriez au ciel bleu croire. Je le connais ce sentiment. J’y crois aussi, moi, par moments. Comme l’alouette ferrxt miroir. J’y crois parfois, je vous l’avoue.

A n’en pas croire mes oreilles. Ah, je suis bien votre pareil. Ah, je suis bien pareil à vous. A vous comme les grains de sable. Comme le sang toujours versé.

  TÉLÉCHARGER OBSCURE 2 PS2 GRATUIT

Jean Ferrat – Paroles de « Aimer à perdre la raison » + traduction en anglais

Comme les doigts toujours blessés. Ah je suis bien votre semblable. J’aurais tant voulu vous aider.

aimer a perdre la raison jean ferrat

Vous qui semblez autre moi-même. Mais les mots qu’au vent noir je sème. Qui sait si vous les entendez. Tout se perd et rien ne vous touche. Ni mes paroles, ni mes mains. Et vous passez votre chemin. Sans savoir ce que dit ma bouche. Votre enfer est pourtant le mien.

Paroles de la chanson «Aimer à perdre la raison» par Jean Ferrat

Nous vivons sous le même règne. Et lorsque vous saignez, je saigne. Et je meurs dans vos mêmes liens. Quelle heure est-il, quel temps fait-il?

J’aurais tant aimé cependant.

Gagner pour vous, pour moi perdant. Avoir été peut-être utile. C’est un rêve modeste et fou. Il aurait mieux valu le taire.

Vous me mettrez avec en terre. Comme une étoile au fond d’un trou. Pour ce rien cet impondérable. Au premier regard échangé. Pour cet instant de trouble étrange. Où on entend rire les anges. Avant même de se toucher. Ce châle rajson vos épaules. Je vous aime, je vous aime. Pour la lampe déjà éteinte.